Dragon Ball Fighter Z : Le Jeu Incompris

      Aucun commentaire sur Dragon Ball Fighter Z : Le Jeu Incompris

Intro Maestro

Dragon Ball… Quel enfant des années 80 (88 pour ma part) n’a pas connu le Club Dorothée avec son animatrice emblématique : Dorothée (logique), véritable seconde maman pour toute une génération, accompagnée de Ariane et des Musclés. Une période renfermant beaucoup de nostalgie, accompagnée de chansons mémorables chantées par toute la troupe qui ont bercé l’enfance et la jeunesse de millions de Français(es). Mais pourquoi parler de tout ça ?

Rendre à César ce qui est à César

La culture japonaise en France doit beaucoup à divers acteurs l’ayant importé en manga animé de 1978 à 1997, sans eux, pas de Dragon Ball, de Saint Seiya, de GTO, de Fullmetal Alchemist , de Naruto etc.. Il est important de rappeler l’histoire, car elle nous permet de mieux comprendre ce que nous sommes, mais également ce que renferment les œuvres qui nous entourent et nous forment. Sans Dorothée, il est clair que le phénomène dont on va parler ici serait bien moindre, et c’est avec tendresse que je tiens à lui rendre ce qui lui appartient, ce qu’elle a donné sans jamais recevoir, mais heureusement le temps révèle toujours les femmes et les hommes.

Dragon Ball ZzZzZ

Si l’on vient de voir rapidement à qui l’on doit l’importation en France de ce qu’on appelle « les mangas », c’est à Akira Toriyama que l’on doit la paternité de Dragon Ball, qui n’est pas pour les fans son premier manga et succès, bien loin de là (comme souvent les premières œuvres servent de références aux suivantes, Dr Slump n’échappe pas à la règle). Le manga commence en 1984 dans les pages du Shonen Jump et devient un véritable phénomène jusqu’à son arrêt (provisoire) en 1995.

Des Jeux Vidéos Végéta(tifs)

Si le manga entre 84 et 97 fut presque sans reproche du côté du manga animé/papier, on ne peut pas dire que du côté du jeu vidéo ce soit fou-fou, bien sûr quelques bon jeux se démarquent (encore heureux) mais l’ensemble paraît bien triste quand on repense au jeu d’aventure de la version Nes ou encore au jeu de combat comme Final Bout… Qui doit figurer parmi les pires injures envers une oeuvre d’origine qui ont pu être créé. Dragon Ball peut quand même compter sur quelques (rares) titres emblématiques, allant de la Super Nes à la PS2. Malheureusement depuis, aucun jeux ne fait vraiment consensus auprès des fans, et cela fait bien longtemps qu’un pure versus n’est pas sorti…

L’ Alliance Improbable

S’il y a bien un duo durant les années 90 qui a toujours fait rêver les fans de baston et de Dragon Ball : une collaboration entre Bandai et SNK. SNK, c’est l’entreprise phare du jeu de combat haut de gamme dans les années 90, le grand public vous citera sûrement Street Fighter et autre Tekken, les autres avec les yeux pleins d’étoiles, évoqueront King Of Fighter, Samurai Shodown voir, pour les plus fins limiers : The Last Blade, la quintessence du jeu de baston en 2D. Des jeux dont la réalisation qu’elle soit dans la partie graphique ou gameplay, bénéficie d’un véritable savoir-faire artisanal de luxe, des diamants loin du regard médiatique et qui sont tombés peu à peu pour certains dans l’oubli… Et pourtant aujourd’hui, ce rêve est en train de se réaliser.

L’ Eléve Dépasse Le Maitre

Si les jeux de SNK étaient bien au-dessus de ce que produisait Capcom ou Namco, ils n’ont pas su toucher un public suffisamment large pour perdurer économiquement, mettant la société dans le rouge et la laissant errer dans un désert, chargé de conflits juridiques et ce, durant des années. Pourtant, un autre acteur va mettre à contribution le style tiré de SNK, et ce studio c’est Arc System Works. Avec leur premier vrai jeu reconnu : Guilty Gear, les développeurs reçurent les éloges de la presse et des joueurs, tout en étant la caution « jeu arcade » pour Sony. Les ventes honorables du jeu permettent à la société de perdurer suffisamment pour se faire un nom parmi les grands, et surtout, parmi la petite élite du versus. 2000 signe leur consécration avec la sortie de Guilty Gear X.

Lire la vidéo

Faire Du Neuf Avec Du Vieux

Retour à la réalité : tout ça le public n’en a pas grand chose à foutre, lui il veut voler de partout avec San Goku, revivre pour la millième fois le combat entre Cell et Gohan, se faire frémir avec la saga Buu, et surtout, que l’arc « Super » soit enfin pris en compte. On est donc éloigné du gameplay dit versus, du savoir-faire, de la vision du studio; certains fans veulent juste une représentation pure et dure du manga dans le jeu vidéo… Sauf que le genre Action/Aventure, c’est pas trop le secteur de Arc System Works, ni le propos du jeu qui doit sortir… Mais ça certain ont du mal. Le fait que le jeu possède un gameplay profond et exigeant (donc riche et complexe) devient soudainement un mauvais point, car trop « difficile » pour certains, et ne ressemblant pas du tout à la « vision » que peut avoir Dragon Ball Z… Sauf que encore une fois c’est un jeu de baston dont on parle, et non d’aventure.

Une Réalisation Trop Rebelle

Si on pensait que les critiques s’arrêteraient aux fans de la vision proposée par la saga Tenkaichi, on doit aussi compter sur les râleurs fan des Budokai, se plaignant d’un roster bien maigre. Sauf que Arc System Works ne se contente pas de copier des patterns communs à tous les persos (j’adore les Budokai mais bon faut être honnête), chaque protagoniste à travers son gameplay, possède une réelle identité et approche du combat, sans oublier le système de tag hérité de son aîné sur qui il a tant appris. Une fusion rêvée, entre une licence magique et un studio mythique, au savoir faire unique. Et pourtant je ne cesse de voir et lire que sous couvert d’être de base issu d’un manga, ce jeu ne pourrait pas être technique, apparaître dans l’E-sport ou encore être pris au sérieux dans la catégorie dans laquelle il apparaît, c’est juste « un super jeu de baston DBZ », de la confiture donnée aux cochons.

Une OST Indigne ?

(passer le curseur dessus)
L'OST... Un des points qui a le plus énervé les fans, pourquoi ? Car elle serait trop éloigné du ton originel... Sauf que c'est mal connaitre Arc System Work, les petits rebelles du versus : leur musique a toujours eu une consonance métal, la même que l'on retrouve du coté de la scène indépendante concernant le genre. Donc rien d'anormal si vous êtes surpris la première fois que vous écoutez les compositions du studio en guise de découverte; cela détonne par rapport au reste du milieu.
twitter pro

HEI / REDACTEUR
Des années d’attente pour une perle inattendue, issue du croisement entre le dernier studio proposant des combats 2D made in 90, et l’une des plus grosses sagas de manga qui ai vu le jour, de quoi donner des frissons mais surtout générer des frictions au sein même des fans. Un épisode où l’excellence se heurte à l’incompréhension (ou l’inculture) des gamers. Triste mais révélateur de notre époque.

Tu apprecies le travail fourni ? Supportes nous sur Patreon !

Laisser un commentaire