SOD 2 : De la survie et des bugs

      Aucun commentaire sur SOD 2 : De la survie et des bugs

Analyse State Of Decay 2 : De la survie et des bugs

PC

ONE

Titre: State Of Decay 2
Développeur: Undead Labs
Éditeur: Microsoft Studios

Genre: TPS / Survie / Gestion
Multi: Oui (Online 4 J)
Sortie: 22/05/2018

Config PC

(Réglage: High / Résolution: 2560x1440 / Fps: 60)
Carte Mère: Gigabyte X99 UD4 / Processeur: I7 5930k 4.3 Ghz / Carte Graphique: GTX 1070 MSI Gaming X / Ram: 32 Go DDR4 2133 mhz / Watercooling Corsair

Intro Maestro

State Of Decay est une licence dont l’histoire a de quoi faire sourire tout amoureux du jeu vidéo. Le premier opus sort en 2013 sur Xbox 360, à ceci près qu’il ne sera pas vendu en boite mais sur le XBLA (Le store indé de Microsoft) au prix de 20 euros. De prime abord, State Of Decay a des airs de jeu « AA », alors qu’il est pourtant un pure petit jeu indé de base, mais qui a su gagner un large panel de fan, notamment grâce à son style singulier et particulier. Il faut dire que le genre survie et surtout, zombie, n’a plus autant le vent en poupe que lors de ses 20 dernière années… Pourtant, le titre réussie le parie de combiner zombie et survie en communauté à la The Walking Dead, la grosse référence palpable au sein du soft.

Erreur de Jeunesse

Si tout parait idyllique, lorsqu’on regarde de plus près, quelques éléments viennent entacher légèrement le tableau. Parmi les défauts évoqués, on parle de graphisme dont le traitement technique est minimaliste en plus d’être peu optimisé (AA médiocre, V-sync approximative, flickering). Donc, après avoir fais une croix sur l’aspect purement technique du soft: reste nos amis les bugs. Si ils sont souvent synonyme de rire (le fameux zombie collé au mur), certains sont beaucoup plus problématiques, pouvant aller jusqu’à empêcher de compléter des quêtes pourtant essentiel à notre avancée. On citera également la carte qui a beau être grande: la sensation de vitesse en la parcourant en voiture est juste affreuse…

State Of Decay

State Of Decay est un jeu TPS / Survie / Gestion sortie en 2013 sur Xbox 360 & PC. Vous incarnez aléatoirement un survivant parmi ceux présent sur la carte (à l’image de Far Cry 2 avec les compagnons), en compagnie d’un ou d’une ami(e) formant ainsi un duo ce mettant en tête de trouver un endroit sécurisé, histoire de survivre à cette apparition de peste ayant transformé en zombie 99% de la population.

State Of Decay est assez différent des jeux de survie que l’on trouve en règle général, la majorité s’appuie sur un multijoueur répartie en clan afin de fournir la vie et les structures régissant leur monde (Minecraft, Ark, Conan Exil, 7 day to die etc…), ce qui n’est pas le cas de notre petit jeu. Le soft mise énormément sur le PVE, avec non pas un aspect solitaire mais tourné vers le communautaire, imaginer la série « The Walking Dead » transposer en jeux vidéo et vous obtenez State Of Decay.

La référence se retrouve dans les nécessités de groupe passant par le matériel (nourriture, lit, eau etc….) mais aussi par le coté moral, puisque chaque survivant a ses traits de caractère… Et il s’avère primordial de surveiller cette notions humaine afin d’éviter un drame comme une bagarre déclenché, voir un meurtre pour les plus extrêmes. Le jeu comporte également des choix moraux impliquant le bannissement d’un membre juger néfaste, ou carrément de le tuer selon les circonstances (hostilité, malade de la peste).

Le titre ne possède pas de scenario propre aux personnages incarné (le cheminement est le même pour tous), ce qui n’est un mal en sois puisque le jeu ce veux avant tout être un Open Word bac a sable, et il est compliqué d’en vouloir à la petite équipe qui a préférés concentré leurs efforts ailleurs, laissant le soin au passage à chaque joueur de forger son histoire.

L'Eglise: Premier refuge du jeu et de la serie The Walking Dead
De retour avec un groupe de survivant

Changement & Nouveauté

5 ans après avoir rendu leur première copie, les gars de chez Undead Labs ont entendu une partie des critiques, et compte bien répondre à la demande des fans et des détracteurs qui ne furent pas réalisé dans le premier opus, à savoir:

– Fournir un multijoueurs jusqu’à 4 joueurs
– Rendre le jeu plus fun
– Proposer plus de lieux
– Revoir les activités
– Introduire de nouvelle notion de groupe
– Proposer un New Game + attrayant
– Aspect technique propre

Au vue de tout ce qui fut annoncé comme changer ou, de nouveauté introduite: est ce que pour autant le 2 ème épisode corrige tout les défauts de son ainé ? Encore une fois la réponse est complexe puisque celle-ci ce situe à mon sens entre le oui et le non.

Survivre à tout prix

State Of Decay est un jeu par nature exigent, il n’est pas dur, ni facile: il demande avant tout de la rigueur et de la ruse. Si je dis cela en préambule, c’est que j’ai constatai un fait troublant après lecture de dizaine de test et de vidéo analyse: les gens n’ont pas compris toutes les mécaniques de jeu ni sa vision visiblement, ce qui est problématique pour en parler correctement, vous en conviendrez. State Of Decay requière de vous mettre dans la peau d’un survivant, donc question;

Que feriez réellement pour survivre ?

Retenez bien cette question, car le test ce fera avec des exemples concret pour que vous puisiez saisir toute les conséquences que cela implique. Etant TDA, la prise de décision dans du chaos me va comme un gant… Mais nous ne somme pas tous égale face à ce facteur qui est le coeur du jeu.

Apprendre à gérer ses stocks

Bien choisir son équipe de départ

Dans SOD 2 : l’essence compte

La Mise en bouche

Si on pourrait croire de prime à bord que les améliorations son proche du zero: il n’en est rien… Pour le meilleur, mais aussi pour le pire. Commençons par le commencement histoire d’avoir un fil rouge, le premier opus vous faisiez démarrer au hasard sur la carte du monde, avec 2 personnages aléatoirement choisie mais lier entre eux. Dans le 2 eme épisodes, un petit tuto vous est gracieusement offert, avec la possibilité de choisir entre 3 couples de survivant (la première douille à évité). Alors oui, on a droit maintenant à un tuto et à un choix de couple… Concrètement c’est pas génial mais pour le comprendre, encore faut-il faut rentré dans du détail, car c’est bien eux qui font toujours la différence.

Le Revers de la Médaille

Encore une fois on vas travailler sur des exemples concret pour cerner au mieux le raisonnement. Chaque personnage dans State of Decay a des stats ainsi que des aptitudes: Prendre ce facteur à la légère c’est déjà ce mettre en difficulté, car il est bien plus important que dans State Of Decay premier du nom, en rajoutant le fait que les couples proposaient sont loin d’être fameux… Ok mais qu’elle solution ? L’astuce consiste à faire le tuto une première fois, de quitter le jeu, recommencer une partie, et enfin avoir la possibilité de choisir 3 personnages ainsi que leur caractéristique… Ce n’est pas tricher, c’est mettre toute les chances de son coté, car c’est bien là où le jeu vous attends au tournant.

Les 7 différences

Je vous sens chaud, donc on vas direct ce lancer dans ce magnifique jeu qui est celui des « 7 différences », avec celui « des possibilités sur une même situation ». Des le début du jeu les dev sont sympas: la première battisse vous est offert, cadeau de la maison… Sauf que cette baraque demande de l’entretient et de nouveau aménagement pour y vivre correctement: OK mais quoi ? Et avec quel matériaux ? attends attends… Avant d’arrivé à la baraque on avait une voiture… j’ai du loupé un truck. Si j’ai adopté cette formulation, c’est que j’ai remarqué que dans 90% des cas, les joueurs laissaient leur voiture (vide d’essence) sur le coté (avec des sac de matériel dans le coffre) et partais direct au refuge: Zombie 1 vous 0. « Que feriez vous réellement pour survivre ? » Laisser une voiture avec des vivres, en sachant que écrasez le zombie est une des manière les plus efficaces de survivre avec la possibilité de ce déplacer rapidement ? Car sans le savoir, cette abandon vas vous coutez chère en heures de jeux, en vous mettant dans une position des le départ inconfortable… Des détails… mais des détails qui font la différence entre un top et un faux départ. Petit tips, courrai au symbole de jumelle dessiné sur la carte, scanner les lieux, prenais de l’essence et allais directement récupérer la voiture.

Fais pas d'histoire

On dit que le temps c’est de l’argent, et mon dieu que cela n’a jamais était aussi vrai que dans State Of Decay 2. Car si le premier opus permettait d’être à pieds jusqu’à la moitié de l’histoire, ici c’est assez différent… Puisqu’il n y a pas d’histoire ! Donc le rythme et la mise en pression sont bien plus intense que le premier soft pour remplir nos taches matériel. State Of Decay permettais de prendre bien plus son temps, cela étant voulu par le scenario, et le fais que l’on ne savais jamais vraiment ce qu’on allé trouver dans un bâtiment… La fouille se faisant aux noms qui apparaissait grâce au jumelle, avec ensuite la réflexion à tenir logique: chercher des gravats de construction sur un chantier. Dans State Of Decay 2, vue qu’il n’y a plus de rythme scénaristique le titre embraye la 5 eme sur la question des vivres… Rendant le jeu très particulier dans sa progression, car au lieu de monté crescendo, celle-ci vas dans le sens inverse: un jeu dur au départ, et facile à l’arrivé. Le scénario est fragmenté entre tout les personnages recrutés et rencontrés, même si pour moi il est difficile de designer cela à proprement parler comme « une histoire », je définirai ça plutôt comme une mise en contexte/situation… Ce qui est l’inverse du 1: une histoire central quelque sois le protagoniste, alors que le 2 en propose une multitude de petite.

Rencontre du 3 ème Type

Au fil du temps, les humains se révèle être autant être des alliés qu’une menace permanente. Si au début toute vos relations seront au beau fixe, il n’est pas rare que certaine se dégrade à cause de votre emploie du temps chargé ou, du manque de ressource au sein de votre groupe. Dans le meilleur des cas, ils vous accorderont divers bonus, allant de l’aide à détruire les cœurs de peste ou encore retapé gratuitement vos voitures… Dans le cas contraire il vous tirons à vus, et n’hésiterons pas une seule seconde à vous tuez si vous approchez trop près de leur périmètre. Les humains étant doté d’intelligence, il n’est pas rare que certaine situation agréable dégénère, donnant lieu à des affrontements brutal et haletant pour des médoc, ou quelques vivre nécessaire à la survie de tous.

Rouler des Mécaniques

Bon certes, on doit speedé comme des malades au début MAIS, dorénavant la carte comporte bien plus d’indication, en particulier sur ce que abrite les bâtiments en terme de ressource potentiel, permettant ainsi de gagner beaucoup de temps comparé au premier opus. Ces quelques changement évoqué parmi tant d’autre ont l’air anodin et pourtant ils changent radicalement la manière d’aborder le jeu, plus implacable sur certain à coté que son prédécesseur, tout en étant plus permissif sur d’autre. Parmi les ajustement effectués, celui qui sautera aux yeux des vétérans sera surement l’utilisation de la voiture ! Elle fais partie des composantes essentiel du jeu afin de ce déplacer correctement. Outre le fait qu’on note enfin l’apparition d’une jauge d’essence qui est la bienvenu, c’est la conduite qui fut revus entièrement: moins rigide mais bien plus glissante qu’auparavant (j’adore le drift), il faudra en effet redoublé de vigilance avec certain obstacle pouvant laisser votre voiture sur le carreau… Et un blaireau perdu dans la pampa au milieu de 20 zombies que ont étaient attiré par le bruit: Chapeau.

Un Monde Infecté

Si il n’y a plus d’histoire, d’autre élément persiste mais change quelque peu leur fonction, dans State Of Decay les infestations était symbolisé en rouge et indiqué le nombre de hurleur présent, leur quantité faisant référence à la difficulté à nettoyer le foyer infectieux. Dans State Of Decay 2, la progression s’effectue au travers l’éradication des coeurs de sang (mais pas que). La différence ce situe dans la « fonction », ici l’infestation est un nid à zombi (vert) qui grossira au fur et a mesure du délais laisser par l’utilisateur avant sa destruction. Ignorez une infestation peut avoir de grave conséquences, car outre l’apparition d’autre infestation, c’est le nombre de zombie présent qui sera augmenté drastiquement, rendant le jeu plus difficile… D’où le fait de toujours priorisé ses actions, et les infestations sont la priorité numéro une pour garder un secteur relativement gérable et un moral haut dans l’équipe. Les coeurs de sang contiennent des zombis vecteur de la peste, et gardant les lieux. Ils assure la vitalité des zombis au sein du secteur, et chaque élimination augmentera la résistance du suivant et ainsi de suite.

Colonie & Hiérarchie

Si les infestations ont changeaient de couleurs, c’est pour mieux mettre en avant votre quête d’éradication (rédemption ?) que sont les coeurs de sang. Ils sont au nombre de 12 éparpillés sur l’une des 3 cartes sélectionné aléatoirement lorsque vous démarrez votre partie. Cependant, cela ne forme que la première étape constituant la pérennité de votre colonie, car l’autre point central du titre est le système « d’héritage ». Au fil des actions entreprises, chaque membre de votre groupe fera évoluer son statue, passant au fur et a mesure du temps de citoyen à heros. Une fois atteins ce stade, vous aurez la possibilité d’élire un chef, et outre les petit plus accorder à chacun, c’est la fonction défini du meneur qui offrira des bonus non négligeable. Les type de chef se découpe en 4 catégorie: Commerçant, Sherif, Chef de guerre ou, Constructeur. Chaque dirigeant possède ses avantages, par exemple, avoir un chef commerçant permettra d’obtenir de grosse quantité d’influence et de pouvoir contacté directement des marchands spécialisé en fourniture (très utiles), le chef constructeur débloquera des technologies avancé comme les panneaux solaires, fournissant de l’électricité sans produire de bruit attirant les zombis.

Un Soupçon de RPG

Vous pensiez qu’on en aurez fini de faire le tour du propriétaire au niveau des aptitudes ? Pas tout à fais. Si il est évident que certains éléments constructible, ou objets,  ne ce débloque que par rapport au statue de votre Chef, ce n’est pas vrai pour l’ensemble d’entre eux. Pour les petits filou amateur de RPG et de construction de build, vous aurez très tôt remarqué que le trait spécial de caractère rajouter en dernier dans la liste de votre personnage est primordial…. Et permet l’obtention de possibilité rendant certain rôles de chef assez limité. Par exemple, mon personnage principal avait comme caractéristique « Services Public », et fut « Chef Commerçant » en le nommant à la tête du groupe… Ce qui donna lieu à un build assez complet, car mon aptitude me permet d’avoir des avantages issu du Chef constructeur, comme l’obtention des panneaux solaires en guise de construction special (et dieu sais que l’électricité devient importante au fil du jeu), tout en ayant les avantages du Chef Commerçant (grosse rentré d’argent = liberté de fabrication et d’entreprendre). Les plus malins auront vite compris les avantages d’une équipe hétérogène construit autour du chef désigné, puisque chaque caractéristique est importante, y compris celle lier au caractère.

On fais les Comptes

Si au départ votre communauté ne compte que 3 membres, les limites du nombre laisse apparaitre de nombreux inconvénients, vous poussant donc à recruté des survivant, sois en leur portant secours, sois en aidant les enclaves à réalisé leur objectif. Cependant, si il est alléchant de recruté quelqu’un pour ses aptitudes, le caractère est aussi à prendre en compte. Pour que votre colonie puisse survivre dans de bonne condition, outre celle lier au matériel, le moral des troupes à une grande influence sur votre capacité de réussite. Donc question; comment cela se déroule ? Et bien en premier lieu, il sera important de regarder parmi les stats, la petite description qui est faite du personnage, histoire de décelé de potentiel trait défavorable. Une fois effectué la vérification, il faudra aller sur l’écran de gestion de votre base pour voire le cumul des effets positif et négatif. Je sens que certain son perdu donc on vas donner un exemple concret: Panneaux solaires sans bruit +4, Mégane bout en train +3, Michael ronfle -2. En gros chaque personnage apporte du positif, mais peut potentiellement annihiler ses apports à la communauté si il est exécrable. Il est à de noté que chaque personnage possède ses propres quêtes, et que ne pas les réalisés créer une ambiance anxiogène au QG.

Survivre au Online

Bon si on récapitule on a: Riri, Fifi et Loulou pour commencer, du recrutement, des vivres à trouver pour la survie et le craft, des infections et des coeurs de sang, avec pour terminer des missions lier à votre héritage… Mais encore ? Et ben,  comme dit plus haut, les changements ne sont pas forcément là où on les attends, même si il sont la bienvenu ! Par exemple dans le premier opus, rentrer dans une maison faisait passer automatiquement votre personnage de la posture courir à marcher, ce qui peut d’avéré très dangereux et handicapant dans un environnement clôt boucler par les zombies; Changer dans le 2 eme épisode, rendant ainsi les déplacements bien plus dynamique. Le multi joueur faisait partie des apport promis pour le premier jeu en guise d’extension… Mais qui finalement ne verra finalement jamais le jour. Pourtant comme on dit:  chose promis chose dut, puisque le multi est bel et bien présent dans le 2 ème soft, avec tout de même quelque gros problème d’interface (aucun serveur dédier, le tout ce fais en P2P), et un net code qui laisse très franchement à désirer (corriger aujourd’hui). Si il est possible de jouer jusqu’à 4, il faut préciser que seul le joueur qui héberge fera avancé son aventure, les autres seront en contre partie récompensé avec beaucoup d’influence.

Un Jeu pour QUI ?

Reste quelques question en suspend dont il convient de répondre: Techniquement c’est comment ? Quel sont les défauts ? Et à qui s’adresse le jeu ? Alors, autant concilier les 2 premières questions et pour parler franchement, on est sur du Unreal Engine basique en terme de modélisation ou même de preset utilisé, les effets de lumière sont artistiquement agréable mais sont des gouffres de puissance désastreux (faible optimisation volumétrique). Très peu de clipping est a dénombré sur pc mais l’optimisation de la mémoire est catastrophique (et pire encore sur Xbox One), sans compté les bug issu du premier opus qui sont semblable à ceux que l’on retrouve dans le second avec un AA dans les choux… Certes c’est pas trop la joie de ce coté là… Pourtant, artistiquement le jeu est superbe, le titre possède un coté comics dans les traits de ses personnage et dans ses paysages faisant oublier les soucis technique. Parmi les quelques défauts restant à cité, on regrettera le nombre limité de survivant à recruté, ou encore celui des différents type de zombie mettant un peu de temps à arrivé pour diversifier la faune local. Pour terminé le jeu s’adresse clairement au aficionados de State Of Decay, mais ce veux plus ouvert et profond que son grand frère, avec des menus simple d’utilisation, une aventure à la carte et le online en guise de nouveauté non négligeable.

L’Apothéose

State Of Decay 2 ne change pas la formule, mais améliore celle-ci tout en empruntant des choix plus discutable, notamment sur l’aspect scénaristique en retrait par rapport au premier jeu. Parenthèse au passage pour cité une chose dérangeante en dehors du jeu mais qui y est lié: le Microsoft Store, une horreur fournit avec Window dont on se serait bien passer en terme de luncher mais qui est rendu obligatoire… Pas top. State Of Decay 2 a des mécaniques de survie qui lui sont propre, et difficile à comparé avec ses voisins… Il est un peu le seul de sa catégorie à proposer ce type de gameplay, ce qui est plaisant et en même temps dommage, car un monopole n’est jamais bon pour faire bouger les lignes, la preuve en est avec un second opus qui se repose beaucoup sur ses acquits (sans être du foutage de gueule). Finalement il y a l’ambiance, quelque chose de difficile à décrire, qui ne dépends pas forcement des graphismes, du gameplay ou de l’OST, mais de l’ensemble de ces éléments mis bout à bout formant le tout… Et on peut sans se trompé déclaré que State Of Decay 2 est une vrai réussite de ce coté là.  Au final mon aventure aura était mémorable, des membres sont mort dans des retournement de situation assez incroyable, la recherche d’une plus grande base fut parsemé d’embuche, les rapports de force entre enclave était palpitant… A l’image de ces secondes plonger au milieu des zombis dans l’obscurité.

JEU CONSEILLE: 7 DAY TO DIE

Des Early Access en veux-tu en voilà, depuis DayZ sorti en 2013, leur nombre a littéralement explosé, donnant lieu à un phénomène…. LIRE LA SUITE

logo-site-mini

EVALUATION

  • Positif
  • Gameplay
  • Game Design
  • Direction Artistique
  • Ambiance
  • Le Craft
  • Replay valu grâce aux Héritages
  • OST
  • La Co-op promis
  • Plus fun que son ainé
  • Négatif
  • Level design parfois quelconque
  • maximum 10 survivants
  • emplacement de base trop limité
  • Bug pénalisant la progression
  • Optimisation médiocre
  • Moins réaliste que le 1er opus
GRAPHISMES
/ 20
OST & BRUITAGES
/ 20
GAMEPLAY
/ 20
OPTIMISATION
/ 20
GAME DESIGN
/ 20
LEVEL DESIGN
/ 20
NOTE FINALE
/ 20
twitter pro

RÉDACTEUR

Facebook
Twitter
WhatsApp
LinkedIn
Tu apprecies le travail fourni ? Supportes nous sur Patreon !

Laisser un commentaire