IntelGate : Le Silence de Shadow

      Aucun commentaire sur IntelGate : Le Silence de Shadow

Intro Maestro

Grosse polémique du côté d’Intel en ce début 2018 concernant la sécurité de nos processeurs, puisqu’une faille importante concernant le Kernel (le noyau) a été découverte, ce qui est grave, car c’est un élément essentiel de nos processeurs qui est déterminé par leur architecture (X86 pour notre cas) regroupant des parties dites sensibles de nos systèmes. C’est l’équipe de Google Project Zero à qui on doit l’information, un groupe né en 2014 par Google dont la création est tournée entièrement sur la prévention des failles informatiques.

Dans leur protocole, il est dit que 90 jours sont laissés aux « Constructeurs / Éditeurs / Développeurs » pour l’annoncer au public et corriger la faille mise en lumière, ce qui est le cas justement ici. Avant de continuer, je tiens à rajouter que cette faille concerne sur PC 90% des utilisateurs (Intel) mais également les 10% restants (AMD), ainsi que toutes personnes utilisant un serveur, un smartphone ou encore une tablette (ARM), nous voilà fixés, on peut continuer et calmer les esprits… Du moins en partie.

Meltown & Spectre : Hello !

Voilà le joli petit nom de nos amis, Meltown et Spectre, un problème n’arrivant jamais seul, nous n’avons pas un problème, mais bien deux à gérer. Certes, la faille fut colmatée, mais pas d’optimisation de prévue, on a colmaté ça à la va-vite. Ce qui entraîne forcément une chute de performance, mais pas dans n’importe quel secteur et pas de n’importe quelle manière nous concernant, car c’est tout sauf généralisé sur les performances.

La baisse importante de performance concerne avant tout ce que l’on appelle le « Cloud » (réseau / serveur), ainsi que les appels systèmes (ex : le lancement d’un jeu et non pendant son exécution) ainsi que la virtualisation (impact inconnu). Pour le jeu vidéo, l’impact sera minimum en ce qui concerne le local (jeu solo), par contre les Editeurs / Devs / Constructeur pour assurer le jeu en réseau vont avoir d’énormes dépenses à faire pour maintenir leurs performances actuelles (35% supplémentaires sur Fornite). Parmi la catégorie « Cloud » et « Jeu Vidéo », on trouve un autre acteur, bien silencieux : Shadow.

Shadow : Le Pc dans la m…

« Shadow est le premier ordinateur capable de faire tourner tous vos jeux à fond pour toujours. »

Tel est ce qui est promis par l’entreprise Française Shadow, dont les mérites sont vantés par tout le You Tube FR, la presse spécialisée, les journaux, une fierté Française en somme, et gare à vous si vous remettez ça en cause (c’est l’impression du moins qui est donnée). En gros, vous disposez d’un PC géré par un des centers appartenant à Shadow et pour en profiter pleinement cela requiert la fibre.

Il y a peu, certains signes semblaient encourageants bien que timides pour améliorer les soucis liés aux performances et à la latence constatée, sauf qu’au vu des baisses subies par l’architecture réseau (ou serveur si vous voulez = ce qui est utilisé par Shadow) des gars de chez Epic Games, forcément il y a de quoi être inquiet, et pas qu’un peu lorsque l’on est utilisateurs chez notre ami Shadow.

Le Silence est d’Or

Car la parole est d’argent, tel est l’adage et on peut dire que Shadow manie parfaitement celui-ci. Aucun communiqué sur les pertes en performance du matériel auxquelles l’entreprise doit faire face, et pourtant tous les professionnels le savent encore une fois : la plus touchée est l’infrastructure réseau/serveur (principale activité de Shadow).

Quelles conséquences ?

 Si l’on regarde ce qui se passe du côté des serveurs de Fornite, la hausse de puissance demandée à fait passer le compteur de 25% à 60%, si Epic peut couvrir la casse (investir dans plus de matériel) grâce à son capital acquis via les gains gagnés sur les licences Unreal Engine, ce n’est pas le cas pour Shadow qui est en plein lancement, et dont l’utilisation du cloud est encore plus intensive, donc, la question qui se pose est : Est-ce que l’entreprise pourra suivre (survivre) financièrement  ?

twitter pro

HEI / REDACTEUR
Si les possesseurs AMD ont crié au début victoire, on sait aujourd’hui que c’est le coeur même de nos architectures communes qui posent problème. Shadow étant une jeune société qui, en promettant la lune, risque de s’attirer les foudres des clients mécontents de leurs performances. Petit bonus en ce qui concerne leur partie CGU = On a la vague impression de retomber dans les années 50 en pleine période RFA/RDA ou des méthodes Cofremca en France, où les données sont scrutées à la loupe et peuvent être réutilisées dans un cadre commercial.

Tu apprecies le travail fourni ? Supportes nous sur Patreon !

Laisser un commentaire