Master Of Anima : L’Ambition Illusoire

Analyse Master Of Anima : l’Ambition Illusoire

PC

PS4

ONE

SWITCH

Titre: Master Of Anima
Développeur: Passtech Games
Éditeur: Focus Home Int

Genre: Aventure / Stratégie
Multi: Non
Sortie: 10/04/2018

Config PC

(Réglage: Ultra / Résolution: 2560x1440 / Fps: 60)
Carte Mère: Gigabyte X99 UD4 / Processeur: I7 5930k 4.3 Ghz / Carte Graphique: GTX 1070 MSI Gaming X / Ram: 32 Go DDR4 2133 mhz / Watercooling Corsair

Intro Maestro

Un monde féerique, de la magie, des shamans et des unités à contrôler selon leur classe… Rien d’original certes, mais Master Of Anima sait se montrer atypique sur certains points néanmoins, assez pour surprendre et se laisser tenter. Mais question: Qui a produit tout çà ? Réponse: Passtech Games, un bon petit studio Français du coté de chez nous à qui l’on doit le jeu Space Run, un Tower Défence classique mais volontairement difficile sorti en 2014, et passé relativement inaperçu.

Que nenni, le studio, toujours édité par Focus Home Interactive, nous propose désormais d’incarner Otto, un Animancien (sorte de shaman), dont le destin est promis à la talentueuse et belle Ana (rien à voir avec Overwatch x) elle aussi Animancienne. Mais alors que le mariage se prépare, et que Otto s’apprête à devenir officiellement Animancien (sinon pas de mariage), Zahr un ancien Animancien débarque et déclare avoir outrepassé les limites de la discipline, (à l’image des Siths et des Jedi pour les amateurs de Star Wars) et que grâce à cela: le monde vas devenir meilleur, et doit donc être refaçonné. Avant même que vous puissiez comprendre le pourquoi du comment, voila votre fiancée morcelée en plusieurs parties, et vous avec la responsabilité de récupérer votre âme sœur, mais aussi de stopper par la même les agissements de notre antagoniste principal (ça coule de source).

En Terrain Connu

Votre aventure vous amènera à traverser un monde étrange se nommant Spark, et dont les décors naviguent entre nature sauvage, caverne peu rassurante, temple mystique ou, un désert énigmatique en guise de simple exemple. Certes, encore une fois on tape dans du classique, mais qui pour le coup se révèle diablement efficace, notamment grâce à sa patte graphique simpliste mais accrocheuse, même si forcément il y a quelques accrocs techniques qui en découlent.

Otto n’est pas un guerrier mais une sorte de Mage / Shaman (King :p) se servant de pantins (Gardien) crées pour combattre ses différents adversaires. Pour ce qui est des ennemis : ce sont tous des golem, à ceci près, qu’il sont plus ou moins différent dans leur approche, tout comme les pantins débloqués au fur et a mesure de votre progression. Si l’on pourrait penser, dans Master Of Anima, que l’on doit privilégier des unités spécifiques en conséquence, au final ce n’est pas le cas, toutes se révèlent importantes et ont un rôle prépondérant à jouer durant chaque bataille, dont un score vous est donné à la fin, histoire de voir ou vous avez excellé et péché. Il est vrai que cet aspect a de quoi étonner, étant généralement réservé au jeux arcade ou leurs descendants, mais pas vraiment à quelque chose d’aussi éloigné que la stratégie… Après tout pourquoi pas, voyons ça comme un plus.

Un style épuré mais diapré

Notre premier combat

Plusieurs types de Gardiens

D’autre personnages sont jouable

Bug empêchant la progression

Evolution: Vous ou vos unités ?

Master Of Gameplay

Le gameplay de Master Of Anima autorise Otto à faire appel à des gardiens contre une dose d’Anima, sachant que le nombre de gardiens à apparaître dépend entièrement de la classe voulue (1 point d’Anima = 4 défenseur ou 2 prêtres). Les gardiens sont répartis en différentes classes, occupant chacune des fonctions précises, par exemple les défenseurs permettent un harcèlement de la cible, en détournant l’attention des autres unités plus fragiles, les sentinelles sont des archers hors pair mais seront frêles à découvert etc…

Les fantassins se révèlent complémentaires lors de nos affrontements, avec cependant un bémol qui apparaîtra au fil de vos acquisitions: l’ergonomie. Le jeu se veux pensé à la base pour la manette, mais là ou le bas blesse, c’est quand on se rend compte à quel point passé le cap des 3 unités différentes: on souffre pour changer rapidement notre fusil d’épaule… A savoir exécuter méthodiquement les actions en jeu… Cela a l’air de rien, mais dites vous que si le jeu a de quoi vous donner des sueurs au clavier sourie, je vous laisse imaginer avec une manette standard. En rajoutant à cela, que les combats sont en quelque sorte minutés, les ennemis possèdent tous une barre de rage qui descend petit à petit, une fois arrivée à terme, elle déclenche une série de cataclysmes à l’écran, rendant ainsi le terrain impraticable et donc signifiant purement et simplement le game over

En terrain Cocu

Master Of Anima à beau paraître original au premier abord, il se révèle au final extrêmement conventionnel dans son déroulement. Le titre empreinte un cheminement que vous aurez vite fait de repérer passé le 2 ème voir 3 ème plateau: Vous arrivez sur le terrain et un nouveau type d’unité vous est offert, mais, pour les obtenir il vous faudra résoudre une petite série d’énigmes grâce à vos combattants disponibles, une fois fait et 2 à 3 combat effectué, vous obtiendrez une nouvelle unité, dont un combat final viendra clore le chapitre.

Outre une OST sympathique mais convenue, certains regretterons peut être que le titre ne soit pas Open World: il faut bien garder en tête les difficultés de game design que cela engendre, sans compter que le soft est issu d’une petite structure; une construction linéaire parait bien plus logique au vu des moyens déployés. Master Of Anima possède une petite aura, sortant un petit peu des sentiers battus de par son système de combat, mais la fête est quelque peu gâchée par certains bug, dont un rencontré qui fut fatal, m’obligeant à 80% du jeu à le recommencer de A à Z… Ce qui est suffisamment rare de nos jours pour le spécifier… Bien sur des bug il y en a toujours eu, mais aujourd’hui, des bug de cette ampleur ? Bloquant non pas une quête secondaire mais carrément le jeu au complet ? Depuis longtemps cela n’existe plus, on se demande où est le service game testing

EVALUATION

  • Positif
  • Le Gameplay
  • Graphisme simple mais chatoyant
  • Univers
  • OST
  • Négatif
  • Timer des combats
  • Bugs fatals
GRAPHISMES
/ 20
OST & BRUITAGES
/ 20
GAMEPLAY
/ 20
OPTIMISATION
/ 20
NOTE FINALE
/ 20
twitter pro

RÉDACTEUR

Facebook
Twitter
WhatsApp
LinkedIn
Tu apprecies le travail fourni ? Supportes nous sur Patreon !

Laisser un commentaire